Biographie d'Anwar Wagdi

Anwar Wagdi

Biographie  Photos  Films   Ajoutez un commentaire

Biographie d'Anwar Wagdi ou Anouar Wagdi (أنور وجدى)

Acteur, producteur, réalisateur et auteur égyptien, né le 14 octobre 1911. Son père avait immigré en Egypte depuis la Syrie. Sa mère était une égyptienne du Caire.
Ayant vécu dans la pauvreté et la privation, Anwar va grandir avec l’idée de réussir coûte que coûte et de s’enrichir un jour. Il va ainsi très tôt manifester une grande ambition et une audace sans limite. Son ascension sociale et artistique furent fulgurantes et surprenantes même pour ses proches.

A quinze ans il va rejoindre la troupe théâtrale Ramassis de Youssef Wahby comme simple figurant dans une des pièces sur Jules césar.
Grace à son audace et sa ténacité il réussit également à décrocher un rôle dans son premier film, "Agnihat El-Sahra" (Les masques du Sahara) en 1939. La même année Il va enchaîner plusieurs autres rôles d'abord secondaires comme: "La détermination" en 1939 avec Fatima Rochdi et la "victoire des jeunes" avec Asmahane. En 1944, il joue auprès de Youssef Wahby et Asmahane dans "Amour et vengeance".
Mais le jeune acteur pressé ne sera pas satisfait de ces rôles secondaires, estimant qu’il mérite mieux. En 1945, il interprètera le rôle principal masculin devant l'héroïne du film Tahiya Carioca dans "La nuit du vendredi".
Il fit connaissance de l’une des célébrités de l’époque Leila Mourad qu’il épousera en 1945. Cette dernière interviendra afin qu’il soit son partenaire dans le film "Leila la fille des pauvres" (Leila Bint El-Foukara). Dans ce film le réalisateur initial s'était désisté au dernier moment. Anwar Wagdi tout en étant acteur va assurer la réalisation également. Ce qui va non seulement permettre la poursuite du tournage mais sa façon de faire sera une réussite, sachant qu’il n’avait aucune expérience ou formation dans ce domaine. Avec celle qui est devenue son épouse, l’actrice et chanteuse Leila Mourad , ils présenteront de nombreux autres films ensemble. Il va ainsi se mettre à la réalisation de ces propres films, ce qui lui permettra d'innover à volonté et avec talent. Il réussira ainsi à démontrer ses performances artistiques et la créativité qui l’animait. Mais ce génie et fanatique du travail ne s’arrêtera pas là, puisqu’il va se mettre à l’écriture.
Il va écrire plusieurs scénarios traitant d’avantage de la vie aristocratique. Il abordera dans ces films surtout cette confrontation de ces deux mondes ou classes sociales, les très pauvres et les très riches. Sachant qu’il faut situer l’époque de Wagdi à celle encore de la monarchie, sous le Rois Farouk. Époque durant laquelle les classes sociales étaient clairement définies et surtout séparées. Néanmoins, vers les années cinquante il variera ses sujets. Plus mature et moins enclin à la recherche de la réussite purement commerciale, il prendra des risques et expérimentera d’autres approches du cinéma. Finalement ce qu’il entreprit comme changement s’avèrera rentable à tous les points de vus. Il introduira dans ses scénarios et dialogues davantage de subtilité, avec l’expression de critique à l’égard de la société. Les sujets qu’il abordera seront plus complexes et dépasseront la simple histoire d’amour entre deux partenaires issus de deux mondes opposés. Son autre révolution, c’est l’humour. Anwar Wagdi va arriver à combiner dans ses films un fond grave et sérieux avec une forme plutôt comique, comme la combinaison de scènes tragiques exposées avec dérision. Mais les activités de l'artiste vont aller encore au-delà. Il va surtout rechercher, repérer et former de nombreux futurs talents, comme les deux fillettes prodiges, Fayrouze et Libliba, et des futurs stars comme Kamal El-Chanaoui ou encore Farid Chawki. Anwar Wagdi va ainsi marquer le cinéma de l’époque et va imposer un style nouveau et innovateur. En plus de ces talents artistiques il fût aussi un redoutable homme d'affaire. Il n’hésitera pas un instant à recourir à des moyens peux louables face à ces concurrents ou à un rival potentiel. Ceci tant sur le plan professionnel que personnel

Enfin, il faut rappeler les performances de communiquant d'Anwar Wagdi, qui arrivait toujours à trouver le bon moyen afin de promouvoir ses films avant leur sortis en salle. Par exemple, il utilisa sans scrupule le décès de l'acteur Naguib El-Rihani. Il avait ainsi déclaré à la presse et mis sur les affiches que la dernière apparition du grand acteur et comique fut dans son film "Ghazal El Banat" en 1949. Il en fera de même avec l'évènement de son divorce de Leila Mourad, pour le film "Leila la fille de la haute société". L'autre exemple concerne son film "Yassamine" en 1950. Anwar Wagdi avait choisie et formé la petite Fayrouz à qui il dédia plusieurs films. Pourtant son entourage professionnel l’avertira du risque qu’il prenait en présentant au public une histoire concernant le sort d’une petite fille et où l’héroïne reste une enfant. De plus la sortie de "Yassmine" sur les écrans coïncidera avec celle d’un film Hollywoodien. Anwar Wagdi va alors entamer une compagne de publicité sans précédent. Il demandera alors qu’on mette des affiches de son film à différents endroits de la ville. Dans la presse il déclarera que les séances de cinéma pour les enfants seront gratuites. Aux premières séances de projection il distribuera à tous les enfants des ballons. C’est ainsi que le film "Yassmine" s’imposera en tête, devant plusieurs autres films égyptiens et américains en compétition.
Les différents films d’Anwar Wagdi en tant qu’interprète principal :
-Le cœur des gens (Kouloub El-Nass) avec Faten Hamama en 1954,
-Le monstre (El Wahch) avec Mahmoud El-Milijy et Samia Gamal en 1954,
-La folie de l’amour (Jounoun El-houb) avec Rakia Ibrahim en 1954,
-Il a kidnappé ma femme (khatafou mrati) avec Sabah et Farid Chawki en 1954,
-Raya et Skina avec Farid Chawki en 1953,
-Le tigre (El Nimr) avec Naima Aakif en 1952,
-Le prince de la vengeance ( Amir El intikam) avec Madiha Youssri, Samia Gamal en 1950,
-Fatima avec Oum Kalsoum en 1947,
-Une mariée à louer (Aroussa lil ijar) avec Zinat Sidki en 1946
Le reste des films d’Anwar Wagdi en tant qu’interprète et d'autres fonctions :
Titres Interprètes principaux Fonctions d’Anwar Wagdi
Quatre filles et un officier (Dabid wa arba banat) en 1954 Naima Aakif et Amina Rizk Acteur principal, réalisateur, auteur
Dahab en 1953 Feyrouz Acteur, Réalisateur, auteur
La fille de la haute société (Leila Bint El-Akabir) en 1953 Leila Mourad Acteur principal, auteur, réalisateur
Le clou de Joha (Missmar joha) en 1952 Chahrazed et Kamal El-Chanaoui Scénariste, dialogue et producteur
La goutte de la rosée (katr El-Nada) en 1951 Chadia, Ismail Yassine Acteur, Réalisateur, scénariste, auteur, producteur
La nuit du Henné (Laylat El-Henna) en 1951 Chadia, Kamal El-Chanaoui Réalisateur, scénariste, auteur
L’amour de mon cœur (Habib El Rouh) en 1951 Leila Mourad Acteur principal, Réalisateur, auteur, producteur
La fenêtre de mon amour (Choubak Habibi) en 1951 Nour-El-Houda Acteur, producteur
Firouz Hanim (Madame Firouz) en 1951 Loula Sidki, Tahiya Carioca et Fayrouz Producteur
Yassamine en 1950 Madiha Youssri, Zaki rostom et Fayrouz Acteur principal, auteur, réalisateur, scénariste
Le millionnaire (El-Millionnire) en 1950 Ismail Yassine et Kamelia Scénariste
Le héros (El-Batal) en 1950 Tahiya Carioca, Chadia Scénariste
Ghazal El-Banat en 1949 Leila Mourad, Naguib El-Rihany Acteur, scénariste, réalisateur
La nuit de l’Aïd (LAylat El-Id) en 1949 Loula Sidki, Chadia Scénariste
Anbar en 1948 Leila Mourad Acteur principal, scénariste et réalisateur
Le divorce de Madame Souad (Talak Souad Hanim) en 1948 Jamila Ratib Acteur principal, auteur, scénariste et réalisateur
Mon cœur est mon guide (khalbi dalili) en 1947 Leila Mourad Acteur principal, réalisateur
Leila fille des riches (Leila bint El-Aghniya) en 1946 Leila Mourad Acteur principal et réalisateur
Leila la fille des pauvres (Leila Bint El-Foukara) en 1945 Leila Mourad Acteur principal, réalisateur

Sur un plan personnel

Anwar Wagdi n'a cessé d’aspirer à la reconnaissance et surtout à l’ultime reconnaissance, celle du palais, qu'il va réussir à obtenir. A la fin des années quarante, il est alors au sommet de sa gloire, il est riche, célèbre et incontournable comme référence dans le cinéma égyptien. Mais derrière cette importante réussite, les démons d'Anwar Wagdi ne cessaient de le rattraper, son enfance miséreuse, sa crainte de l’échec et surtout sa santé fragile ne lui permettront pas le bonheur.
Anwar Wagdi eu comme réputation d’avoir été un homme caractériel. Son perfectionnisme le rendait souvent agressif, autoritaire et désagréable avec ses collaborateurs et entourage. Il avait la fâcheuse manie de rentrer dans des crises de colère régulièrement.
Au début de sa carrière, il rencontrera sur un plateau de tournage la belle et très jeune encore Leila Fawzi . Devenus amoureux, ils décideront de se marier. Mais les parents de la jeune actrice refuseront cette union estimant le jeune acteur incapable financièrement d’assurer la vie que mérite leur fille. En 1940, il rencontrera Ilham Hissine, une comédienne débutante connue pour sa beauté et sa forte personnalité. Connaissant personnellement le réalisateur, il l’aidera à avoir un rôle dans le film "Un jour heureux". Ils se marieront par la même occasion. Mais quelques mois plus tard Ilham va demander le divorce. Elle ira jusqu'à demander au producteur que son époux ne soit pas engagé à ses côtés dans le film qu’elle s'apprêtait à tourner.

Après sa rencontre avec la chanteuse et actrice Leila Mourad sur le tournage du film "Leila la fille de la compagne" il s’empressera de lui faire la cour et ensemble ils vont se fréquenter dès que l’occasion se présentait. En 1945, ils vont se marier mais ensemble ils auront une relation mouvementée. Elle sera la principale victime de ce caractère de feu, puisqu'elle sera sa partenaire dans la vie et à l'écran pendant de nombreuses années. En effet, Anwar Wagdi se montrait très possessive à l’égard de son épouse. Il avait exigé d’elle qu’elle ne joue que dans ses films. Il voulait ainsi contrôler sa vie et son travail. C’est alors que le couple va divorcer et se remarier deux fois de suite. Il y eu enfin un troisième et dernier divorce entre les deux acteurs, cette fois en raison surtout des infidélités d’Anwar. Le moral du réputé artiste qu’il est devenu va surtout se détériorer quand il apprit la gravité de sa maladie, en même temps que sa stérilité. Pour l'acteur, qui souhaitait avoir des enfants cela signifiait qu’il n’aura pas d’héritier à qui transmettre son nom et son œuvre, et surtout personne à qui léguer tous ces biens amassés avec tant de mal. Ce sera aussi une période où bon vivant qu'il était, il devra suivre un régime alimentaire stricte et contraignant.
Ce début des années cinquante fut alors une période de dépression et d'instabilité. Inversement, professionnellement, il sera plus productif que jamais. Sa créativité et ses performances artistiques vont atteindre des sommets.
Anwar va alors se réfugier dans le travail et dans des aventures amoureuses sans lendemain. Mais il retrouvera pourtant la paix et le bonheur en 1953. Son premier grand amour Leila Fawzi qui a divorcé à son tour. Conséquemment, les deux amoureux se retrouvent et vont enfin se marier. Ils partiront ensemble faire le tour des grandes capitales du monde en guise de voyage de noce. Rattrapé par sa maladie des reins qui s'est aggravée, il partira avec son épouse en Suède pour poursuivre ses soins. Le bonheur d’Anwar Wagdi fut là encore de courte durée. Puisque l’intervention chirurgicale qu’il subira aura échoué à le sauver. Il décédera le 14 mai 1955 à l'âge de 44 ans en Suède. Son corps sera rapatrié quelques jours après en Egypte. La nouvelle s’était rapidement propagée, une foule immense était venue accompagner à sa dernière demeure, la dépouille de l'un des artistes les plus complets et populaires du pays.

M-D Bach

Ajoutez un commentaire



lien
Copyright © 2010-2018 L'Egypte en Film Tous droits résèrvés